Regarder la météo? Pas besoin! Je consulte les oiseaux!

Ce matin en nous levant, pas longtemps après l'aube, nouveau bébé oblige, mon chum m'a dit en regardant par la fenêtre du salon : " Hein! Regarde les deux grosses corneilles!". En effet, elles avaient l'air énorme! Perchées côte à côte, sur la branche d'un grand pin situé de l'autre côté de ma rue... Alors j'ai dit tout haut : "Oh la la! Il fait encore glacial dehors!". Combinée au ciel bleu sans nuage et à la limpidité de l'air, cette observation nous permettait de conclure que la vague de froid continuait. Je pensais à un bon -20C. Après consultation sur météomedia, il faisait -25C.

Évidemment, plus on connaît les oiseaux qui nous entourent, plus on augmente le degré de précision de nos estimations météorologiques!

Chaque espèce a une tolérance au froid différente et des comportements adaptatifs différents! Il en va de même pour chaque groupe régional, chaque meute et même chaque individu!

Pourquoi?

Ça peut paraître évident pour beaucoup d'entre vous, mais vu que c'était la 3e fois en deux semaines que j'abordais le sujet avec 3 personnes différentes, je me suis dit qu'il était temps d'écrire un petit article sur les oiseaux et l'hiver... Et comment leurs comportements de régulation thermique peut nous indiquer le temps qu'il fait!

Voici quelques exemples qui indiquent une journée d'hiver particulièrement froide!

1. Oiseaux ébouriffés, on va se les geler!

En position de vigie, leurs plumes toutes gonflées, nos deux belles corneilles nous indiquaient bel et bien un froid intense. En gonflant ainsi leur plumage, les oiseaux multiplient les couches d'air entre chacune de leur plume et donc, augmentent leur isolation au froid! 

2. Collés, collés

On peut aussi déduire qu'il fait particulièrement froid lorsqu'on observe que les oiseaux se tiennent perchés en groupes bien serrés. En temps normal, pour éviter les conflits, seul les individus qui forment un couple se tiendront à portée de bec*.

On peut déduire qu'il fait encore plus froid lorsqu'ils se cachent, ainsi collés à l'abri dans un bosquet ou sous une corniche...

Certaines espèces de petits oiseaux iront même jusqu'à piailler tous ensembles de manière cacophonique**! Tout pour générer de la chaleur!

* En été c'est un peu différent... Les juvéniles se collent entre eux ainsi que les parents et leurs oisillons.

** Les oiseaux vont aussi piailler quand il fait soleil, mais de manière plus mélodieuse, plus joyeuse. Leurs sons s'apparenteront aux chants qu'on peut entendre au printemps!

3. Frissons anti-glaçons!

La mésange à tête noire et la mésange boréale sont sans contredit parmi les plus impressionnantes en ce qui concerne la gestion du froid! Parmi leurs nombreux comportements fascinants, elles sont des expertes en frissons!

En effet, comme elles n'accumulent pas beaucoup de gras supplémentaire afin de conserver leur aérodynamique, elles frissonnent! Mais d'une manière bien particulière, c'est-à-dire en activant deux groupes de muscles opposés, ce qui crée encore plus de chaleur qu'un frisson "normal"!

4. Un silence éloquent

Quand on ne voit plus d'oiseaux aux branches, corniches ou mangeoires habituellement fréquentées, on peut se dire qu'il fait vraiment, mais alors là, vraiment glacial. On parle d'une température si basse, que nos amis à plumes choisissent de rester cachés, ensemble, à produire de la chaleur, plutôt que de se risquer à dépenser de l'énergie en recherche de nourriture.

Cela comporte bien sûr le danger de mourir tout-de-même de froid, puisqu'il faut de la nourriture pour produire de la chaleur... Mais l'immobilité est un recours ultime!

Les petites espèces seront les premières à disparaître de notre vue (et de notre ouïe).

L'absence apparente d'oiseaux aux endroits où il y en a habituellement peut être indicateur d'un phénomène météorologique imminent : tempête, averse, rafales, etc.

CONCLUSION

Évidemment, comme je l'ai mentionné dans l'introduction, plus on connait nos oiseaux, plus nos conclusions météorologiques deviennent précises! On peut même finir par prédire le temps qu'il fera!

Je connais bien la famille de mésanges qui fréquente ma mangeoire et je sais, par exemple, que lorsqu'elle s'active de manière particulièrement frénétique à engranger les graines de tournesols, une tempête ou une vague de froid intense s'annonce...

Je sais aussi que lorsque Chétif et Vieuxvieux ne sortent pas, il fait plus froid qu'à l'habitude... 

Ce matin, je me doutais que la température était glaciale et que les deux corneilles se tenaient compagnie probablement pour se garder au chaud, là où habituellement il n'y a qu'une seule vigie...

Et puis cela se combine avec la qualité de l'air, de quelle manière la neige repose au sol, etc, etc... La nature nous parle constamment! Nous avons simplement oublié son langage... Et les oiseaux sont ses messagers préférés!

C'est vrai! Je ne regarde jamais la météo, je ne l'ai jamais vraiment fait. Je ne trouve pas que ça change grand-chose à mes plans ou plutôt, mes plans s'accomodent fort bien de ce que Dame Nature offre au jour le jour.

Aujourd'hui j'ai réalisé qu'en fait, ma lecture du temps qu'il fait, et fera, se fait automatiquement en lisant et en écoutant la nature autour de moi : même en ville. C'est un peu comme conduire : on enregistre l'information "sans la voir".

Et non, je ne suis pas extraordinaire… Tout le monde en est capable.

La N et R

Le langage des oiseaux vous intéresse? N'hésitez pas à communiquer avec nous pour nous en informer!


53233309_808711106162204_8338058554208419840_n.jpg

Nos deux belles corneilles

… un jour, j’aurai un bon appareil photo!!